TÉLÉCHARGER SOURATE MARYAM AL AJMI


Sourate Maryam du cheikh ahmad al ajmi en mp3, lire et telecharger sourate Maryam. Maryam, de Ahmed al ajmi, Écouter et Télécharger GRATUITEMENT le coran Maryam, de Ahmed al ajmi الشيخ أحمد بن علي العجمي en Sourate: Maryam مريم. 17) AL-ISRA - الإسراء · 18) AL-KAHF - الكهف · 19) MARYAM - مريم · 20) TA-HA - طه · 21) AL-ANBIYA - الأنبياء · 22) AL-HAJJ - الحج · 23) AL-MUMINUNE - المؤمنون .

Nom: SOURATE MARYAM AL AJMI
Format:Fichier D’archive
Version:Nouvelle
Licence:Libre (*Pour usage personnel)
Système d’exploitation: Android. Windows XP/7/10. iOS. MacOS.
Taille:67.51 Megabytes

TÉLÉCHARGER SOURATE MARYAM AL AJMI

Le present bulletin a ete commence lors de notre sejour a lIDEO du Caire, du 27 janvier au 18 fevrier Des lecteurs de ce bulletin sinterrogeant sur la maniere selon laquelle il est etabli, il leur est rappele ici quil se fait de la maniere qui suit. Le recenseur fait concorder son sejour au Caire avec le temps de lune des foires interna- tionales du livre qui se tiennent dans cette ville. Lorsquil arrive au lieu de travail qui lui est assigne, il y trouve disposees sur des etageres les sources editees en Egypte qui ont ete acquises par la bibliotheque de lIDEO depuis son sejour precedent. Lon y ajoute depuis quelque temps de celles qui ont ete publiees hors dEgypte par des Egyptiens, si toutefois on le sait. Le recenseur repartit ces ouvrages selon lordre des sections qui est celui de ce bulletin. Contrairement a un usage nefaste, repandu notamment dans certaines bibliothe- ques franaises, les ouvrages acquis sont ici cotes sur le champ ou dans le mois qui vient, si bien que ceux qui alimentent ce bulletin sont deja pourvus dune cote avant que de rejoindre les rayons du recenseur, ce qui facilite grandement son travail de classification!

Sourate Maryam mp3, Sourate Maryam Télécharger Écoute Ahmed Al Ajmi, Sourate Maryam Écoute, Sourate Maryam Télécharger, Téléchargez le Coran et . Écouter et télécharger le coranrécité par Ahmed Al Ajmi Al-Moshaf Al-Moratal ( Hafs A'n Assem)Récitations du coran avec traduction . #19 - Maryam. Télécharger et écouter gratuitement sourate en mp3 psalmodiée par de nombreux La sourate Maryam est une sourate Mecquoise. Ahmed al Ajmi, Ecouter et telecharger gratuitement les mp3 de sourates, récitation du Coran par le Cheikh Ahmed al Ajmi, riwayat Hafs d'après 'Assim et lecture Tartil. Ahmed Ben Ali EL'AJMI. Rappel: Même si la pour le fichier que vous désirez télécharger. Si vous découvrez un Télécharger. - Sourat Maryam.

Umar al-Zamakhshari. Imam M. The Kashshaf of Jar Allah al-Zamakhshari d. Masail min al-Bar al- mui, Amman, , p. Am- man, Dar Ammar, , p. Schmidtke edited and translated by , A Mutazilite Creed of az-Zamasari d. Pour ce dictionnaire geographique, v. Sarkis, I, , op. Juynboll Theodoor Willem Jan, e cod.

Ici, texte etabli a partir du ms. DK jughrafiya, et de ld. Texte annot, 5 indices, Fal Allah b. Muibb Allah b.

Muibb al-Din M. Bakr al-Shami al-Dimashqi , Ma yuawwal alayhi fi al-muaf wa al-muaf ilayhi, I, al-hamza al-ba , d. Abd al-Aziz, revu par. Sur la famille de savants et juristes damascenes al-Muibbi, v. Al-Muibbi al-muarrikh wa kitabuhu Khulaat al-athar fi ayan al-qarn al-adi ashar, Damas, al-Sharika al-muttaida li-l-tawzi, , p.

Beyrouth, Dar adir, s. Parmi ses ouvrages signales par Br, sont desormais edites ou reedites: Qad [ou Sawa ] al-sabil fima fi al-lugha al-arabiyya min al-dakhil, I-II, d. Notre ouvrage est fait a partir de celui de Thaalibi, Thimar al-qulub fi al-muaf wa al-mansub que M. Il comporte ca. Son objet est les constructions en annexion qui ont trait a la vie des Arabes: tribus, clans, vie, Peninsule arabique, leurs territoires, leurs cours deau; leurs puits, les animaux ibn awa, umm ubayn, etc.

Il donne parfois des proverbes a ce propos. Texte etabli a partir des mss. Asir IMA adab , f. Abd al-Ghaffar b. Sibawayh, III-V, d. Awa b. Pour le grammairien mutazilite A. MIDEO, , no Pour les vols. I-II, v. MIDEO, 21, no Avec le cinquieme vol.

VI indices , se termine cette edition. Nai al-Din Said b. Kab b. Malik al-Anari , K. Shar abniyat Sibawayh, d. Ala M. Rafat, Le Caire, Dar al-alai, ; 16,5x23,5 cm. Le philologue ID. Son amour des livres lui couta la vue.

En effet, durant son sejour a Mossoul aupres du vizir Jamal al-Din al-Isfahani al-Jawad, ayant fait venir ses ouvrages, il voulut traiter ceux qui avaient t endom- mags avec des fumigations de laudanum ladhan ou ladhin. Il en contracta une fievre et perdit la vue. Ce texte a deja ete edite par. Weipert, CAPP, 23, no , op.

Texte edite a partir du microfilm de lUniv. Texte tres annote. Faris b. Zakariyya b. Pour IF. II sagit ici dune reimpr. Lon connait aussi led.

Moustafa El-Choueimi, Beyrouth, A. Badran, , p. Jinni al-Mawili , al-Muqtaab min kalam al- Arab fi ism al-maful min al-thulathi al-mutall al-ayn, d. Abd al-Maqud M. Pour IJ. Cet ouvrage a ete plusieurs fois edite: Ibn Ginnis Kitab al-mugtaab, herausge- geben und mit einer Einleitung und Anmerkungen versehen von dr. Edgar Probster, Leipzig, J. Texte etabli a partir de: 1.

II , ms. Abd al-Aziz b. Riwan al-Anari, shaw. II sagit ici dune deuxieme ed. Notes surchargees et confuses. Maali b. Fayiz Zaki M. Sur IKh. Kahh, II, ; afadi, Nukat al-himyan, 96; Id. Pour ce com.

Télécharger hazza al balushi - Holy Quran pour Android.

Sur le K. GAS, IX, , op. I, com. Texte ici edite a partir de ce que ledit. Azhar al- Saqqa naw , date de , f. Ce travail etait a lorigine une these de doc- torat dal-Azhar. On regrettera que ledit. Laleli , f. Le texte dIbn Jinni est prsent en haut de page. Le commentaire dIkh.

Sourates سورات

Les notes concernant letablissement du texte sont melangees aux notes explicatives. Jawdat Mabruk M. Mabruk, rv. Abd al-Karim al-Anbari, m. Il tudia le droit shafiite a la Niamiyya, notamment aupres de a. Manur al-Razzaz Said b. Sur cet ouvrage que lA. Cinq quaestiones en furent dabord editees par Jaromir Kosut : Funf Streitfragen der Basrenser und Kufenser uber die Abwandlung des Nomen aus Ibn el- Anbaris Kitab al-insaf fi masail al-khilaf bayna al-nahwiyin al-Basriyin wa al-Kufiyin, nach der leydener Handschrift herausgegeben und bearbeitet von Jaromir Kosut, Vienne, in Commission bei Karl Gerolds Sohn, , 94 p.

En fait, la seule veritable ed. Escorial IMA naw , f. Zawiya amzawiyya IMA naw , f. Qasim b. Sad al-afadi; 3. On supposera que ldit. Muyi al-Din Abd al-amid. Apparat critique et annotation. Arafa et Muafa b. Bakr b. Bakr Uth. Pour S. Ali, Beyrouth, Muassasat al-Kutub al-thaqafiyya, , p. Rushd al-Qurubi al-Maliki, Ibn Rushd al-afid , al-aruri fi inaat al-naw, ed. Pour IR. Etude, premiere pagination. L'Islam n'a eu cesse de se "juridiciser" et le Droit musulman, dnomm Fiqh, labor sur plusieurs sicles, s'est en pratique bien souvent substitu l'autorit du Coran et de la Sunna tout en s'en rclamant.

L'histoire de la civilisation musulmane est indissociable des dveloppements de ce Droit et, afin de comprendre l'importance qu'il revt encore aujourd'hui, il est ncessaire d'en discerner les caractristiques principales : Cette contribution volumineuse -et c'est l son originalit principale- envisage aussi bien les prescriptions relatives au culte que celles organisant le domaine social, conomique ou juridique.

Le "fiqh" envisage tout la fois le statut personnel, le droit civil, le droit pnal, le droit constitutionnel, le droit commercial et le droit international. Le Droit musulman n'est donc pas exactement superposable aux modles de droit de type occidentaux.

En effet, le volet cultuel, qui en constitue la part la plus connue et la plus usite en pratique par les musulmans, ne relve en rien du lgislatif. Sources islamiques.

Afin d'laborer ce Droit, les premiers jurisconsultes se sont fonds initialement sur le Coran. L'ensemble de ces thmes y est effectivement abord quoique rparti de faon ingale sur le texte coranique. Except ceux relatifs au culte, ils ne disposrent que de quelques dizaines de versets, le Coran n'est pas un code de loi.

Pour complter ces quelques lments, l'on se rfra la Sunna afin de tirer parti des attitudes du Prophte Muhammad ; il eut effectivement grer la premire communaut musulmane, embryon et modle de base de la future socit islamique. Les indications fournies par le Coran sont bien plus thiques que lgalistes et la plupart de ces notions coraniques, sont communes toutes les socits civilises : l'honntet, l'entraide, la compassion, la justice, l'quit dans les transactions et dans les relations internationales, la protection et l'galit des citoyens, etc.

Pour l'ensemble des ces aspects, le Coran ne lgifre pas mais apporte des indications gnrales. Ceci dfint un espace plus conceptuel que pratique, et il fallut ncessairement que les jurisconsultes le dveloppent en adquation avec les besoins concrets des musulmans. Le Coran tout comme la Sunna, son image, n'eurent jamais comme objectif principal de dicter la Loi, mais bien d'duquer les consciences et de guider les mes.

Concrtement, il fut donc adopt nombre de points issus des droits coutumiers, mais aussi des diffrents systmes juridiques prexistants dans les territoires que l'Islam eut administrer au fur et mesure de son extension. Si le Droit musulman recrute ses textes fondateurs dans le Coran et la Sunna, il est ainsi de structure composite ; aux apports que nous avons cits, s'ajoutent les rsultats de l'effort personnel de rflexion des jurisconsultes qui, face aux situations auxquelles le Monde Musulman grandissant ft confront, durent adapter sans cesse la lgislation.

Consquemment, lors des questions dites "juridiques" tout particulirement, mais aussi en celles concernant les problmes de socit, ou les relations avec les autres religions, nous citerons le point de vue du Droit musulman et, force sera de le constater, seront ainsi mises en avant les convergences mais aussi les nombreuses diffrences, si ce n'est divergences, d'avec le Coran.

Ceci n'est pas sans poser problme aux musulmans euxmmes. Le Coran est pour eux tous, rptons-le, "La Rfrence". Nanmoins, il convient de rappeler, corps dfendant, que les grands juristes musulmans, unanimement, ont toujours affirm sans aucune ambigut que le Droit musulman tait d'laboration humaine.

Il tait donc possible, et mme souhaitable, d'en remettre en cause les conclusions ; la loi des hommes est relative, le Droit musulman ne revt aucun caractre sacr et intangible, il n'est en aucune faon une forme quelconque de Loi rvle. La cohabitation au sein du Droit musulman du cultuel et du lgal est cause principale de confusion pour la plupart des musulmans.

Bon nombre, faute d'tre des spcialistes, pensent sincrement que l'ensemble du Droit musulman, qu'il soit pnal ou socital, relve de l'autorit de la Rvlation coranique. A ce titre, ils ne peuvent y droger pas plus qu'il ne leur semble possible que l'on puisse envisager d'en modifier le contenu ou la forme.

Cette erreur manifeste a pour catalyseur l'apparition rcente d'un pseudo concept, la charia4. Il s'avrait de ce fait ncessaire, dans une perspective positive et constructive, de pointer les carts entre le Coran et le Droit musulman afin que tout un chacun puisse prendre mesure.

Il tait donc cohrent que nous analysions l'ensemble des questions composant cet ouvrage la lecture quasi exclusive du Coran. La mention de certaines paroles authentifies du Prophte Muhammad ne saura que conforter la lettre coranique.

Les diffrences de jugement propres au Droit musulman permettront de percevoir le dcalage entre les points de vue de bon nombre de musulmans et l'esprit thique du Coran. En cela nous aurons t conformes au consensus des musulmans : le Coran, demeure l'unique source laquelle tous sont invits puiser une eau jamais altre et sans cesse renouvele.

Cette dernire est une notion rcemment forge, un amalgame instrumentalis aux consquences inquitantes. La charia telle qu'on l'entend l'heure actuelle n'a aucun fondement en Islam, ni par le Coran, ni par la Sunna.

De fait, ces deux sphres culturelles n'ont pas volu selon des schmas identiques, et leurs diffrences se cristallisent souvent autour de ce sujet. Face l'importance et la complexit de cette problmatique, l'on ne peut se contenter de gnralits et de clichs, ni se limiter une interprtation culturelle et traditionnelle de l'Islam, sans que cela ne soit le plus souvent aux dpens du texte coranique. Vu l'tat archaque de la socit bdouine prislamique, le Coran a lgifr progressivement1.

Dans un premier temps, il dfinira des principes thiques gnraux, afin de normaliser les relations entre les hommes et les femmes. Ces dernires taient, en rsum, biens de consommation, razziables ou hritables, comme l'taient les chameaux ou les tentes. Paralllement, on notera aisment l'ampleur de la rforme coranique en constatant que nombre des principes dicts par le Coran en la matire ne furent appliqus en Occident qu'au XXme sicle. Communaut d'origine.

En premier lieu le Coran rappelle l'galit fondamentale entre l'homme et la femme, tirant argument du fait qu'ils sont issus du mme tre, oppresser l'un c'est oppresser l'autre. De faon caractristique, nous allons citer l'introduction de la sourate IV dite : "Les femmes", ainsi nomme car traitant de nombreux aspects du statut juridique de ces dernires. Voir notamment : le voile islamique, l'esclavage, la polygamie, l'adultre. D'eux, Il suscita de nombreux hommes et femmes.

Respectez ce lien utrin Le Coran enseigne que la nouvelle foi doit devenir la base de l'galit. En complment de ce qui prcde, il faut prciser que le Coran n'attribue pas Eve le "pch originel". Il mentionne explicitement que Adam et Eve "fautrent" en transgressant l'interdit originel, symbolis par "le fruit de l'arbre interdit du Paradis". Puis, lorsque tous deux eurent got aux fruits de l'arbreLeur Seigneur les interpella : "Ne vous avais-je pas tous deux interdit cet arbre Tous deux dirent : "Nous avons t injustes envers nous-mmes et si Tu ne nous pardonnes pas et ne nous fais pas misricorde nous serons trs certainement perdants.

En effet, l'Islam ne peut concevoir qu'une faute originelle puisse entacher l'humanit et que, consquemment, la seule solution cette injustice de principe soit de sacrifier un tre2. En rsum, pour le Coran il s'agit en ces versets d'voquer symboliquement l'apparition d'une conscience humaine indpendante. Pour ce faire, il tait indispensable qu'il y ait eu rupture d'avec le Crateur. La dsobissance, la faute, sont donc conues comme un passage oblig, un surgissement de la conscience, afin que la crature puisse distinguer tout la fois son existence et celle de son Crateur3.

Nous traduirons ailleurs : "sa moiti". Pas de sexisme dans le Coran. Cette galit, non dans la faute, mais dans l'ambivalence de l'tre humain, implique logiquement l'absence de sexisme dans le Coran.

Cette conception galitaire, rappelons-le tait en opposition totale avec la mentalit bdouine, tout comme avec l'ensemble des cultures de cette poque. Le Coran rfuta donc le mpris de la femme de faon gnrale et permanente. Il fait don de fille ou de garon qui bon lui semble.

Leur jugement est vraiment une infamie. Signalons que de mme, les Arabes sacrifiaient souvent la naissance les femelles des animaux afin d'viter le surpturage. Ainsi, afin de souligner l'galit princeps et le respect qui en dcoule, le Coran fait-il, titre de rflexion, en de trs nombreux versets, l'loge de Marie5 qu'il donne en exemple et qu'il lve un haut rang de dignit.

Elle fut vridique quant aux propos de son Seigneur et grande tait sa pit.

Menu de navigation

Elle disait : "Seigneur lve-moi une demeure au Paradis, dlivre-moi de Pharaon et de ses actes, ainsi que de l'injustice de son peuple" Le couple. Le Coran initie alors une rforme essentielle : structurer la notion de couple, alors que la socit bdouine concevait la relation homme femme, soit sous l'angle de la jouissance physique, soit sous l'aspect du service rendu.

La femme, rappelons le, tait le plus souvent assimile un objet utile totalement au service de l'homme ou de sa tribu. L'amour et le respect vont dfinir ce nouveau couple. Il a voulu entre vous amour et misricorde Le Coran stipule que, de mme, l'intimit doit tre base sur le respect et la rciprocit.

Dieu sait comment vous vous lsiez Faites leur bonne annonce". Chapitre : Marie. La question ayant t pose, le Coran saisit l'occasion, et rappelle l'objectif noble de l'acte d'amour. Il invite donc construire le couple sur des valeurs essentielles, mais la ralit du quotidien suppose qu'il faille aussi savoir supporter les inconvnients de la cohabitation.

L'quivalent du "pour le meilleur et pour le pire", en un verset trs contemporain par sa psychologie. Il se peut que parfois, vous ayez du ressentiment envers elles, alors qu'en ralit Dieu a plac un grand bien en cela.

Construire, et non jouir ou dtruire. Consquemment, le Coran insiste sur la prsance du contrat moral par rapport au contrat matriel, notion moderne inconnue cette poque. Nous allons brivement en rappeler l'essentiel, de nombreux aspects de cette rvolution tant par ailleurs envisags en diffrents chapitres9. La grammaire arabe impose dans ce cas l'usage du pluriel sans que cela sous entende la moindre notion de polygamie. L'emploi possible en franais du singulier permet d'viter toute confusion.

Chapitre : Dmocratie. Droits de lhomme. Nous l'avons vu prcdemment, le fait religieux est une caractristique fondamentale de la socit islamique. Le Coran insiste donc prioritairement sur l'galit religieuse entre les hommes et les femmes. V71" Les croyants et les croyantes sont un soutien les uns pour les autres Aux hommes la part qu'ils auront acquis, et aux femmes la part qu'elles auront acquise.

Divorce et rpudiation, Mariage et mariage mixte. Indirectement ce verset, parmi d'autres, encourage l'autonomie financire des femmes. Aprs le dcs du Prophte, sous l'influence des mentalits bdouines puis au contact du pourtour mditerranen judo-chrtien et du subcontinent indopakistanais entre autres, les us et coutumes reprirent le dessus et ne firent pas la part belle aux femmes.

Le fiqh, c'est--dire le Droit canon musulman, fut en la matire plus le traducteur des ralits sociologiques que l'instrument d'application stricto sensu du Coran. Ainsi, ce corpus pousa les involutions traditionnelles et produisit un important attirail juridique visant diminuer la porte du statut des femmes institu par le Coran.

La grande rforme humaniste voulue par le Coran ne fit pas cole, ce qui fit dire un grand penseur musulman qu'il y a eu deux grands checs dans la mise en oeuvre de l'idal coranique : l'application ad litteram du statut des femmes et des mesures d'abolition de l'esclavage. Il n'est point de notre travail d'analyser en dtail les arguments et contre arguments des partisans de l'autorit des hommes sur les femmes travers l'tude du droit concret musulman.

Malgr tout, nous citerons l'exemple typique de l'interprtation spcieuse d'un verset trs souvent mentionn dans ce contexte. La traduction que nous prsentons, autrement dit le sens propos par les exgtes classiques, est des plus courante.

Le problme rside dans le sens que l'on veut bien donner aux termes clef de ce verset, mis entre guillemets. Le style du Coran trs concis, auquel s'ajoute le fait que l'arabe soit une langue polysmique,14 offre de nombreux espaces interprtatifs.

De plus, en isolant un verset de son contexte on en dvie facilement le sens. Il est pourtant ais de constater la lecture des nombreux versets de cette mme sourate IV traitant du droit des femmes nous en avons mentionn prcdemment plusieurs que l'esprit d'ouverture et d'galit qui s'en dgage est en opposition totale avec le contenu suppos de ce verset Logiquement, et en application mme des rgles les plus orthodoxes de l'exgse coranique, l'on ne peut admettre que le sens d'un verset soit en contradiction avec les principes gnraux dicts par le Coran lui-mme.

Ainsi, en restant fidle la lettre tout autant qu' l'esprit du Coran l'on peut donner le sens suivant ce mme verset : 14 Polysmique : En langue arabe un mme terme possde de trs nombreux sens contenus dans ce qu'il est convenu d'appeler la racine verbale. Dans cet exemple, "avoir autorit" ou "assumer" sont des sens possibles de la racine qma qui en possde plus S4.

Aux hommes une part de ce qu'ils ont acquis, aux femmes une part de ce qu'elles ont acquis A chacun Nous avons dsign des ayants droit sur ce que laissent pres et mres et proches parents" Le contexte gnral, que nous ne dtaillerons pas, est relatif lgislation concernant l'hritage et notamment la quotit de la part des femmes. Les hommes s'tant vu attribuer une part suprieure celle des femmes, il y eut polmique. Une des justifications taient que les hommes ayant charge financirement les femmes et l'ensemble de la famille, il apparaissait logique dans ces conditions qu'ils eussent une part d'hritage plus grande.

C'est ce point de vue que notre verset illustre, il dit en substance : "Dans votre socit, les hommes, du fait que ce sont eux gnralement qui ont des revenus, des "avantages", ont charge leurs pouses, ils les "assument" financirement et cela justifie contextuellement les rgles de l'hritage" Pour tre parfaitement rigoureux, toujours selon le contexte et les sens possibles des termes clef, ce verset pourrait signifier la chose suivante : "Les hommes ont "prminence"-en matire d'hritage- sur les femmes du fait des "dpenses" qu'ils font pour elles" L'on peut donc juger comment un verset aux objectifs techniques est devenu un verset de justification culturelle, un prcepte patriarcal faussement attribu au Coran.

C'est le contexte qui permet d'oprer des choix. De mme "faveurs" et "avantages" drivent d'une seule et unique racine verbale. Par cet exemple nous aurons pu constater que le poids des cultures, la prgnance des traditions,15 ont une grande aptitude se rapproprier le texte coranique. Seule une lecture objective et rigoureuse peut permettre de dgager le vrai du faux. De par le "choc des cultures", l'avenir devra tre plac sous le signe du changement des relations des deux moitis du monde.

Pour l'heure, les musulmans ragissent dans leur ensemble de faon pidermique et les comportements sociaux revendiqus sont souvent aussi figs que strotyps.

Il s'agit plus d'un rflexe d'autodfense, d'un monde qui n'avait pas l'habitude de se remettre en question, que de prises de position reposant sur des convictions profondes et clairement tablies.

A l'inverse, l'on peut noter en de nombreux pays musulmans une "occidentalisation force", nullement justifie, qui s'opre au dtriment du respect cultuel et culturel. Sans trahir le Coran, mais au contraire en lui redonnant le souffle de vie et de misricorde qui le caractrise, les musulmans devront ncessairement faire un travail de conversion intense.

Comme nous venons de le constater, une volution positive n'est pas incompatible avec un retour aux sources textuelles. Dans cette perspective, il est clair que toute contrainte, toute exigence, ne pourront qu'aboutir des conflits et des solutions de fortune.

Une telle coercition, plus dstructurante que constructive, serait au dtriment de la raison et des rformes justes. Dans cet esprit, il est mditer cette parole authentifie du Prophte Muhammad : " La religion c'est le bon comportement. Vous n'avez point de divinité en dehors de Lui. De la terre Il vous a créés, et Il vous a demandé de la faire peupler et exploiter.

Implorez donc Son pardon, puis repentez-vous à Lui. Sourate 11 : Nous interdirais-tu d'adorer ce qu'adoraient nos ancêtres? Je suis pour vous un messager digne de confiance. Craignez Allah donc et obéissez—moi. Je ne vous demande pas de salaire pour cela. Vous laissera-t-on en sécurité dans votre présente condition? Au milieu de jardins, de sources, de cultures et de palmiers aux fruits digestes? Sourate 26 : En lisant attentivement le dernier verset, on constate que les palmiers font partie des cultures.

Pourquoi Allah a-t-Il donc mentionné les palmiers à part? Car ils ont une qualité très importante.

Sourate Ces anciennes grandes civilisations ont été détruites.